05.02.2016

Comment photographier en randonnée en montagne ?

Rédigé par:
L’Oeil d’Édouard

05.02.2016

Comment photographier en randonnée en montagne ?

Picture Montagne 1

La pratique de la photographie esthétique nécessite du temps (repérage, composition, lumière, cadrage, réglage etc…). La randonnée, même si elle a sa part de contemplation, est davantage sportive : il faut avancer ! Difficile de concilier efficacement les deux. Il faut donc hiérarchiser en étant clair avec son objectif (ce qui vous évitera les remarques agacées de ceux qui vous accompagnent… je sais de quoi je parle…). Malgré tout, je vous livre quelques conseils pratiques et réflexes simples pour (faire) économiser du temps lors de nos randonnées (parce qu’il faut bien l’atteindre ce sommet quand-même !).

Quelques règles basiques de composition

…Comme le déplacement de vos « sujets » (lacs, montagnes…) est assez réduite (…), votre principale marge de manœuvre se concentrera sur le cadrage, c’est-à-dire choisir ce qui sera dans le champ ou non. Et dans un second temps, comment structurer sur ce qui se trouve dans l’image, où placer les éléments (ex : à quelle hauteur placer cette ligne de montagne ? Où placer cet arbre dans mon image ? Comment placer cette personne ?). Afin d’éviter les images trop statiques, servez-vous de la « règle des 1/3 » qui offre une sorte de « déséquilibre équilibré ». Le principe est simple : l’image se divise en 3 sur la hauteur et sur la longueur de votre image (2 lignes horizontales et 2 verticales formant 9 rectangles). Utiliser les lignes du paysage (droites : horizon, arêtes des montagnes ; courbes : sentier et cours d’eau…) et placez-les sur ces lignes de composition dans votre image. Ainsi, pour cette structuration, vous créerez équilibre ou déséquilibre, statisme ou dynamisme, frontalité ou profondeur… Au-delà de la « charpente » de la photographie, elles agissent comme les voies de circulation du regard, elles le conduisent. Il est également conseillé de placer vos éléments forts au croisement de ces lignes (personnes, rochers, arbres, chalet…), sur ces lignes. Cela donnera du dynamisme à votre image et cassera la fadeur de la centralité, trop figée (mais cela peut tout à fait être également un parti pris pictural !).

Picture Montagne 2

Pour une photographie de paysage, vous aurez souvent à rendre perceptible l’espace, et notamment à donner de la profondeur à votre image pour lui apporter du dynamisme.  Mais en montagne, mis à part un sentier très artificiellement tracé, il y a peu de chances que vous trouviez une perspective linéaire parfaite.  Vous pouvez jouer avec les échelles (un arbre tout petit signifiera qu’il est loin…) et depuis un point de vue où plusieurs plans s’entremêlent : un 1er plan fort captera le spectateur et l’amènera à « rentrer dans l’image » jusqu’au second puis un arrière-plan ou un fond.

Picture Montagne 3

En noir & blanc ?

La photographie en noir & blanc est particulièrement intéressante pour le paysage car elle va concentrer le regard sur les contrastes lumineux. Elle est également idéale pour mettre en valeur la surface de la roche ou les cumulus. Personnellement, je l’utilise quand le ciel n’est pas satisfaisant. Je ne photographie jamais directement en noir & blanc, le travail se fait en post-production où je peux régler à ma guise en jouant sur les filtres rouge, vert, bleu, jaune…

Picture Montagne 4

Tout, en une image !

Pratiquant la rando, j’apprécie les vastes espaces qu’offre la montagne et c’est très frustrant de ne repartir qu’avec des fragments photographiques de cette étendue visuelle. Alors comment rendre compte de l’immensité d’un paysage de montagne par une photo ? Difficile de transposer une sensation physique éprouvée sur le moment à une sensation visuelle équivalente format très… très réduit ! Premièrement, passer au (Ultra) Grand-Angle (en 10 et 15mm) pour pouvoir saisir davantage d’éléments avec un plan d’ensemble plus large. Vous pouvez également créer un format panoramique en fusionnant plusieurs images (logiciels : Lightroom, fonction photomerge sur Photoshop Canon PhotoStitch…). Lors de la prise de vue, réglez la mise au point en manuel pour ne pas qu’il y ait de changement  de netteté de l’image, prendre entre 5 et 10 linéairement (généralement horizontal pour un paysage) en pivotant sur un axe fixe (un trépied avec une tête 3D est idéal). Chacune « chevauchant » l’autre d’1/4 environ afin que le logiciel puisse trouver des points d’accroche pour les relier. Prenez un peu plus large pour mieux pouvoir travailler votre composition après, en post-production. Évitez les plans trop rapprochés, le logiciel pourra avoir du mal à comprendre (de l’aberration jusqu’à l’impossibilité de créer le panoramique). Une fois qu’on commence ce genre de pratique picturale, on devient vite accro !

Picture Montagne 5

De la pose longue

La pose longue, c’est un classique de la photographie de nature, à utiliser, selon moi, avec modération car ça peut vite tourner au kitschissime ! Combien de photographies de rivière a-t-on déjà vues en « filé ». Selon moi, mieux vaut ne réserver cela que pour les grandes occasions. Par contre, c’est très efficace pour lisser la surface de l’eau des lacs de montagne, surtout quand elle a la chair de poule avec le petit vent d’altitude. Comme le temps de pose doit être plus long (à cause de la faible luminosité ou de l’enregistrement d’une longue durée), l’utilisation d’un trépied est indispensable pour que l’appareil ne bouge absolument plus (d’autant qu’il faut veiller à toujours garder les ISO au plus bas possible pour ne pas perdre en qualité). Ceux en carbone sont plus légers et résistants que ceux en alu mais nécessairement plus chers. Sinon, il en existe des tout petits, pour dépanner.

Picture Montagne 6

Quel matériel emporter ?

La première des choses que je prends est une série de filtres (ces petits disques qu’on peut rajouter sur son objectif). Il en existe avec des effets assez différents mais les plus intéressants sont, selon moi, le filtre gris (pour les longues poses), le filtre polarisant (pour accentuer les contrastes : ciel, nuages, atmosphère) et le filtre dégradé de gris (pour diminuer les contrastes de lumière entre les zones d’ombre et les zones lumineuses ; très utile quand on randonne en pleine journée ensoleillée !). Je monte mon trépied quand je sais que je vais passer près d’un lac de montagne, d’une cascade ou d’une rivière ou que je vais bivouaquer. Il est équipé d’une rotule 3D MHXPRO-3W, idéale pour réaliser des panoramiques parfaitement à niveau. Ensuite, je charge tout dans mon sac à dos Offroad 30L dans lequel je peux ranger mon reflex en toute sécurité dans la poche latérale.

Picture Montagne 7

 

L’Oeil d’Édouard

Français

Co-rédacteur sur le blog voyage Trace Ta Route, amateur d’art et de randonnée en montagne, il affectionne les vastes paysages, les coins reclus ou désertés. Il est particulièrement sensible au Sublime, à l’esthétique du vide et du silence.

Top