08.02.2016

Photographier la ville

Rédigé par:
L’Oeil d’Édouard

08.02.2016

Photographier la ville

Pour s’entrainer en photographie, il faut… pratiquer (et lire plein d’articles super bien !). Et pour s’exercer facilement, rien de tel que de prendre son environnement proche comme terrain de jeu et comme 3/4 de la population (française) vit en ville, pourquoi ne pas se faire la main avec la photographie urbaine ?

Photographier l’architecture

Cela ne vous aura pas échappé, en ville, il y a des bâtiments (plus ou moins). Si vous faîtes un City Trip, vous aurez certainement envie de rendre compte de ces paysages urbains. Pour les villes avec des immeubles et des monuments de différentes hauteurs, prendre du recul et avoir un plan d’ensemble sur les fameuses « skylines« . Il peut alors être opportun de valoriser le ciel avec des nuages marqués (avec un filtre polarisant par exemple) et un coucher de soleil. Mais sans doute plus que dans tout autre genre photographique, l’art de réussir des photos urbaines réside grandement dans la composition de l’image, et notamment par les lignes et les formes. Cela nécessite premièrement de bien choisir son point de vue. Chaque photographe ayant sa sensibilité, chacun exploitera certaines caractéristiques de la ville, sa vision propre :

1 – Un photographe voulant faire ressentir la démesure de nos mégalopoles pourra créer une sensation de vertige (en adoptant un angle de vue en forte plongée ou contre-pongée), le déséquilibre et le dynamisme (en jouant, entre autres, avec les lignes obliques, la profondeur des fuyantes de perspective des routes, des bâtiments…) ou de forts contrastes lumineux. Les photographes de la Nouvelle Vision et du Constructivisme (Rodchenko, par exemple) ont été les pionniers de cette modernisation de la prise de vue.

Picture Ville 1

AnversFrancfort

2 – Enfin, pour exprimer une sorte de chaos désorganisé, la photographie tendra à n’offrir aucun point de vue fixation à l’œil avec une composition saturée d’éléments, privilégiant les obliques et les courbes asymétriques aux lignes orthogonales. Cette saturation de l’espace (urbain / photographique…) peut s’exprimer également dans la superposition de plans. Pas d’échappatoire, pensez chaque espace vide comme une case à remplir, une fenêtre avec vue.

Picture Ville 2

Malaga

 3 – Un photographe visant à rendre perceptible une expression d’une organisation rigide de la ville pourra utiliser les droites verticales et horizontales, une vue frontale et une composition symétrique de la ville parfaitement rectiligne ou d’un chaos total…

Picture Ville 3

 Barcelone

Vous pouvez également choisir un bâtiment pour une de ces particularités (taille, forme, matériaux, réflexion, détails) avec un cadrage qui la met en valeur (étirement de la perspective, gros plan jusqu’à l’abstraction, répétition d’une forme…). et les même principes (statique / dynamique ; symétrie / asymétrie…) peuvent s’appliquer. Vous pouvez également en imposer avec une vue frontale et annihiler toute profondeur dans votre image. Celle-ci paraîtra plus massive, d’autant plus si votre cadrage est serré.  En radicalisant le procédé, la composition peut devenir plus importante que le sujet photographié jusqu’à l’abstractiser, n’être plus qu’un jeu de forme(s), de couleur(s), de lumière…

Picture Ville 4

Hôtel de ville d’Annecy

Les petits détails

La ville, c’est aussi et surtout une somme de détails ! Une accumulation de « petits riens », des petites particularités que seul votre oeil attentif saura déceler là où d’autres ne verront pas. Pas de recette miracle, juste votre propre sensibilité confrontée à la force évocatrice de grues dans le port de Barcelone, d’une fillette placée juste devant une aile, d’un gondolier aux antipodes du cliché vénitien… Il faut donc savoir être opportuniste et réactif, comme un reporter qui sait prendre sur le vif ce qui se présente à lui.

Picture Ville 5

La ville, de nuit

Un des moments privilégiés de la photographie urbaine se passe juste avant le lever du soleil et juste après son coucher. Ce laps de temps « entre chien et loup » s’appelle « l’heure bleue ». Il est particulièrement apprécié par les photographes urbain parce qu’il réunit dans la même image deux éléments visuels complémentaires : le bleu intense et profond du ciel et les lumières chaudes des éclairages urbains. Ces deux couleurs s’opposent sur le cercle chromatique, ce qui augmente le contraste et donc la force de votre photographie. Ce moment s’étale sur plus ou moins une heure selon la période de l’année. Pensez donc à bien anticiper votre photographie en repérant les lieux et le moment précis. Pour cela, vous pouvez utiliser l’application qui vous donne toutes les informations nécessaires quant à l’ensoleillement du ciel.

Picture Ville 6

 Palais de l’Île d’Annecy

Puis vient la nuit… Et si la nuit tous les chats sont gris, c’est, au contraire, davantage l’heure de jouer avec les couleurs des lumières de la ville, c’est-à-dire des éclairages de la rue, des bâtiments, des enseignes etc… Ces couleurs seront davantage mises en valeur qu’elles puiseront leur force dans l’obscurité nocturne. Car oui, malgré l’ultra présence de la lumière urbaine en pleine nuit, le noir sera l’élément chromatique fondamental pour votre composition. Montez les ISO au minimum pour éviter de « faire trop de bruit (numérique) », ce qui nécessitera l’utilisation obligatoire d’un trépied. D’autant plus si vous fermez votre diaphragme (f/16, 18…) pour obtenir de jolies lumières étoilées.

Picture Ville 7

Canaux d’Annecy

L’Urbex

Il existe également une pratique insolite de la photographie en ville, l’Exploration Urbaine alias Urbex (même si elle se déroule plutôt en périphérie en général) laquelle consiste à visiter des bâtiments abandonnés, des usines désaffectées… La localisation est, la plupart du temps, non divulguée afin d’éviter la sur-fréquentation et garder le plaisir de la recherche. Les photographies de ces lieux sont des plans d’ensemble ou des natures mortes mettant en évidence l’absence, l’arrêt dans le temps avec du mobilier, des objets encore en place. J’ai eu l’occasion d’aller visiter Doel, près d’Anvers. Ce village a été évacué sur décision politique et est depuis un lieu d’expression du Street Art.

Picture Ville 8

Doel

 

L’Oeil d’Édouard

Français

Co-rédacteur sur le blog voyage Trace Ta Route, amateur d’art et de randonnée en montagne, il affectionne les vastes paysages, les coins reclus ou désertés. Il est particulièrement sensible au Sublime, à l’esthétique du vide et du silence.

Top
Nos marques