09.05.2016

City Trips avec le TwistGrip

Rédigé par:
L’Oeil d’Édouard

09.05.2016

City Trips avec le TwistGrip

Traçant ma route dans le monde et sur les sentiers de randonnée en montagne, j’ai commencé à avoir envie, puis besoin, de partager directement mes photos sur les réseaux sociaux. Mon dessein s’est alors heurté à la réalité technique de mon smartphone, c’est-à-dire le flou provoqué par le bouger lors de la prise de vue. Ayant privilégié l’utilisation et donc l’achat d’un appareil reflex par rapport à un smartphone aux qualités photographiques élevées (proportionnelles à son prix), je n’utilisais pas mon téléphone pour prendre des photos. En effet, étant pourvu d’une sensibilité médiocre (je parle du smartphone !), le temps de pose s’accroît et provoque une image qui pèche en netteté, encore plus qu’on se trouve en intérieur. Et je ne vous parle même pas des photos de nuit ! Deux solutions s’offraient alors à moi : un nouveau smartphone plus « technique » ou un trépied afin de fixer ma pose. Le TwistGrip monté sur un trépied de table PIXI Evo apparaissait donc comme une solution parfaite, très largement moins onéreuse et plus en adéquation avec ma vision originelle.

TwistGrip-Manfrotto-1_corrected

Lorsque je découvre une bonne adresse (bar, restaurant…) lors d’un voyage, je veux archiver le lieu pour illustrer l’article. Mais il n’est pas toujours pratique, parfois même recommandé, de s’afficher en déballant tout son matériel photo devant tout le monde. L’utilisation d’un smartphone est alors nettement plus discrète ! Et vu que, dans ce genre d’endroits, l’éclairage n’est jamais très intense, il m’est donc nécessaire d’utiliser mon mini-trépied avec le TwistGrip monté dessus pour éviter d’avoir une image floue. À savoir qu’une petite encoche sur le dessus permet de fixer une torche LED Lumimuse pour éclairer la scène si besoin).

TwistGrip-Manfrotto-2

Malaga

Le TwistGrip est remarquable par son poids et ses dimensions (enfin remarquable n’est peut-être pas le terme approprié en fin de compte puisqu’on ne le sent absolument pas !). Faisant la taille de deux crayons côte-à-côte, le TwistGrip rentre idéalement dans n’importe quelle poche grâce à son système de pivotement des deux extrémités. Du coup, avec le Pixi Evo, il traine toujours au fond de mon « sac city trip« . Je l’emmène dorénavant à chaque fois que je sais que j’aurai à prendre des instantanés à publier sur le web.

TwistGrip-Manfrotto-3

Quand je fais la visite d’une ville, il y a les photos « obligatoires » que tout le monde a déjà pris et reprendra mais que tout le monde aime, les « cartes postales », et puis il y a les photos dont je vais davantage travailler l’esthétique afin d’apporter un regard moins commun. Avec le TwistGrip fixé sur la rotule ball du Pixi Evo, je peux chercher des points de vue et des angles de vue inhabituels : me mettre, par exemple, à ras le sol sans pour autant avoir à complètement me plier en quatre ou m’allonger par terre pour maintenir son smartphone et prendre la photo en même temps. Là, j’ai alors mes deux mains pour confortablement travailler mon cadrage en contre-plongée.

TwistGrip-Manfrotto-4

Chambéry

Il m’est également arrivé de l’utiliser en tant que pupitre pour regarder des vidéos ou jouer à des jeux durant les longs trajets en car, en train ou en avion. Avant, mes poignets fatiguaient à force de tenir mon smartphone. Je le mettais alors sur mes cuisses mais la position n’est pas confortable pour la nuque à la longue. La solution était donc de le caler comme je pouvais sur la tablette du fauteuil mais à la moindre secousse, le téléphone tombait. Et donc au bout de quatre ou cinq fois, ça… irrite ! Maintenant, je le fixe sur le TwistGrip et le mini-trépied en position basse et je suis comme au cinéma ! Non quand-même pas… mais ça tient très bien. 🙂 Je pense que ça peut également être un accessoire intéressant pour les autoportraits mais ça… ce n’est pas trop dans mes usages.

TwistGrip-Manfrotto-5

 

L’Oeil d’Édouard

Français

Co-rédacteur sur le blog voyage Trace Ta Route, amateur d’art et de randonnée en montagne, il affectionne les vastes paysages, les coins reclus ou désertés. Il est particulièrement sensible au Sublime, à l’esthétique du vide et du silence.

Top
Our Brands