04.10.2013

Je rêvais du Kenya

04.10.2013

Je rêvais du Kenya

aamiot_kenya_homepage

Depuis que je suis gosse, j’aime les éléphants, un animal paisible, calme, intelligent, mais capable de charger s’il le faut. L’influence de Babar, peut-être. J’en ai observés au zoo, bien sûr, vus plusieurs fois en Asie, caressé parfois, mais je rêvais encore de les voir en liberté, en Afrique. Il y a quelque chose de grisant dans le fait de découvrir la faune africaine en “vrai”, de vérifier que ces animaux majestueux existent bel et bien en dehors de la télévision.

aamiot_kenya_06
Un éléphant nous accueille dès l’entrée dans la réserve, à Ol Pejeta

aamiot_kenya_04
Deux girafes prennent la pose devant le Mont Kenya, au petit matin

Je n’avais aucune idée d’à quel point le Kenya pouvait être riche. Comme tout le monde, j’imaginais les gens entassés dans des voitures à la queue leu-leu, traversant une savane aride. Il n’en fut rien et, pendant huit jours, j’ai suivi une cure de jouvence, redevenant une gamine de dix ans, heureuse de se réveiller aux aurores pour regarder le soleil se lever sur les zèbres, surexcitée à chaque nouvelle espèce aperçue. Mais une gamine de dix ans avec un Canon 100-400 pour immortaliser le voyage.
Puisque, oui, comme tout amateur de photographie en terre kenyane, je n’ai pu résister à l’idée de louer un gros téléobjectif pour jouer au photographe animalier l’espace d’un voyage ! L’exercice est bien sûr difficile pour un néophyte, mais très amusant. Il faut être à l’affût, rapide, toujours le doigt sur le déclencheur ; ce qui n’empèche en rien les loupés. Ainsi, je n’ai aucune photo de hyenne. Ou tout du moins, aucune photo nette, l’animal est beaucoup trop fugace pour mon inexpérience. Mais ce n’est que partie remise !

aamiot_kenya_05
Les animaux autour du point d’eau alors que le jour se lève à peine

aamiot_kenya_03

aamiot_kenya_08

Au Kenya, on trouve de tout : des grands parcs nationaux, des réserves plus petites, de la savane et des montagnes verdoyantes, des endroits où faire des safaris en voiture, mais aussi des lieux où l’on pourra découvrir les animaux en bateau, en vélo, ou même à pieds. Et pour voir le plus d’animaux possible, il faudra multiplier les expériences, revenir à des horaires différents, se lever tôt, rester tard… Quant à la foule qu’on pourrait craindre, elle est répartie sur pratiquement 600 000 km² ; autant dire qu’on croise peu de monde en dehors des hôtels !

aamiot_kenya_09

aamiot_kenya_07

Ma plus belle expérience fut ainsi au camp de toile Sweetwaters, dans la réserve Ol Pejeta. A quelques mètres des tentes, à l’intérieur même de l’hôtel, un fossé puis un plan d’eau. Et toute la journée, des animaux qui viennent y boire. Aucun félin ni rhinocéros, bien sûr, mais des dizaines de zèbres, de phacochères, de marabouts, et même des éléphants ! Si je vous dis que ces éléphants ont été photographiés au 50mm, sur un full frame, et que je n’ai pas recadré la photo, ça vous donne une idée de la distance entre eux et moi. Et ce sans barrière, sans aucune protection. J’ai beau aimer les pachydermes, laissez-moi vous dire que quand un troupeau, sauvage, avec des petits, se trouve aussi près, hé bien on se fait discret, et on mitraille malgré l’obscurité !

aamiot_kenya_01

aamiot_kenya_02

Aurélie Amiot

Aurélie Amiot est photographe et blogueuse, spécialisée sur le voyage. En juin 2013, elle a sorti un livre chez Eyrolles “Conseils Photo pour les Voyageurs”.
Son blog : http://www.madame-oreille.com/blog
Retrouvez-la sur Facebook, Twitter, Instagram ou encore Google +.

Top
Nos marques