30.03.2014

Figures

30.03.2014

Figures

Mes photographies instagram sont peuplées de personnages. Ils hantent les lieux dans lesquels je les mets en scène.
Il s’agit toujours de personnes que je connais, avec qui j’ai la plupart du temps un lien fort. C’est comme s’il devait y avoir une certaine confiance entre l’individu et moi, que nous soyons bien, et que je puisse donner à voir de lui quelque chose de personnel, d’intime et de familier.
Comme pour mes images de repas, ou mes paysages, je me laisse souvent éblouir par les lumières, les attitudes, les couleurs, le mélange de tout ça; puis j’indique quelques règles, que la personne revienne sur ses pas, se retourne, ne bouge plus, pour finalement prendre la photo.

Comme vous avez pu le voir dans les articles précédent (si vous les avez lu !) j’ai tendance à tout catégoriser (ce qui n’est pas une bonne chose), pour les portraits c’est aussi la même chose. Il y a les photos de mes amis en pérégrination, celles de ma famille, et mes autoportraits.


Celles de mes amis sont les plus nombreuses, ils sont constamment sous mes yeux, attaqués par toute sortes de mises en scène à chaque pas qu’ils font, à chaque surface colorée qu’ils rencontrent et du coup c’est moi qui les attaque avec mon appareil.

Les photos de ma famille sont très rares, je crois même qu’il n’y en a qu’une seule sur mon Instagram (si je ne compte pas celles de mon chat), je la mets tout de même dans une catégorie parce qu’il s’agit là de l’image d’un moment rare et privilégié auquel je tiens particulièrement; ne voyant ma famille que très rarement, j’avais besoin de cette photographie qui illustre parfaitement l’affection et la tendresse que nous nous portons tous les uns les autres.

Finalement, mes autoportraits sont eux des sortes d’exercices, des applications d’idées que j’ai lorsque je suis seule et que je n’ai aucune autre personne avec qui les réaliser. Il s’agit pour la plupart du temps de simples gestes qui peuvent appeler d’autres images-imaginaires.

Je suis vraiment passionnée par la figure humaine, la façon dont elle occupe un espace avec son corps, avec ses gestes, ce qu’elle dégage et donne à voir au premier abord. C’est pour cela que je trouve intéressant d’aborder ces questions avec Instagram et cette idée d’image quasi-instantanée, comment un corps habite une photo, comment les autres perçoivent cette image de ce corps, l’instant dans lequel il a été capturé.
Aussi, Instagram est vraiment un nouveau moyen de faire de la photographie: chaque utilisateur mettrait en scène son quotidien, donnerait ainsi une image de son réel qui lui est propre. J’aime cette idée que tout le monde peut-être photographe sans vraiment l’être, croire en ses images et laisser croire ceux qui regardent.

J’espère ne pas vous avoir trop embêté avec mon ingénu bla bla et que cela vous aura tout de même un petit peu intéressé.

Lucie Malbéqui
Etudiante aux Beaux-Arts de Lyon

http://epidemiologie.tumblr.com/ (en construction)
http://ink361.com/clotildeboisrenard
http://instagram.com/clotildeboisrenard
https://www.facebook.com/luciemalbequi

Top
Nos marques