11.04.2014

Photo culinaire : comment rendre sexy une soupe?

Rédigé par:
Chef Nini

11.04.2014

Photo culinaire : comment rendre sexy une soupe?

La soupe n’a rien de bien exaltant en photographie culinaire. C’est un sujet à la fois simple et complexe. Visuellement peu attractive, souvent d’une couleur triste et monotone, sans relief, elle peut se révéler difficile à mettre en valeur et à rendre gourmande.
Voici en 10 points, mes conseils pour améliorer vos photographies de veloutés, potages, soupes, bouillons… Pour chaque point, je vous présente quelques images mais je vous conseille de les visualiser dans leur ensemble. Chaque point peut s’y rapporter.

1- Trouver un bon angle de vue

Lorsque vous regardez à travers le viseur de votre appareil photo (ou l’écran), votre distance à la scène et votre position dans l’espace vont immanquablement définir un angle de prise de vue.
Son choix n’est pas anodin car il va influer sur la lecture de l’image et l’atmosphère qui va s’en dégager

Parallèlement à la scène : c’est la vue que l’on retrouve sur la première photographie ci-dessus. Cela permet de réaliser une vue à pic originale. De cette manière, on perd totalement la notion de volume, tout devient plat, seules les formes géométriques comptent. Cela peut-être parfois intéressant mais lorsque la scène ne se prête pas à une image graphique, je vous conseille d’ouvrir votre diaphragme pour garder votre point fort net (ici, la soupe) et le reste de la scène flou. Cela marche d’autant mieux si le récipient que vous utilisez est haut.

30° : Placez-vous face à votre scène et penchez légèrement votre appareil photo vers le bas pour obtenir un angle de 30°. C’est une vision très naturelle puisque c’est ainsi que nous voyons notre assiette lorsque nous sommes assis à table. C’est une vue agréable, cependant, vous pouvez aller un peu plus loin en vous approchant du plat. Placez-vous presque à hauteur de la scène et orientez légèrement l’appareil photo vers le bas pour donner un effet confiné, presque intime. Cadrez plutôt votre plat dans le haut du cadre. Avec cette vue, vous vous rapprochez de celle d’un enfant qui se mettrait sur la pointe des pieds pour regarder avec gourmandise ce qu’il y a sur la table. Pensez-y !

Perpendiculairement à la scène : Placez votre appareil photo perpendiculairement  à la scène pour une vue frontale. C’est une vue intéressante si vous utilisez des contenants transparents pour montrer la couleur de la soupe (Exemple, photo de gauche au point 3). 

2- Aidez la mise au point

La plus grande difficulté lorsqu’on essaye de photographier une soupe, c’est de réussir à faire la mise au point. Sur une surface totalement lisse, il est difficile d’avoir une accroche et la mise au point patine.

L’astuce, toute simple, consiste à placer un élément décoratif sur la soupe. Cela peut-être du poivre, quelques herbes, un peu de crème liquide, des croûtons de pain etc… (Nous y reviendrons plus en détail dans le point 9).

Cela permet non seulement d’aider l’autofocus de l’objectif à accrocher, mais aussi d’apporter du relief, une décoration plus agréable et plus gourmande.

3- Mettez de la couleur

Si vos soupes sont joliment colorées, mettez leur couleur en valeur en les versant dans des contenants transparents et en apportant des notes de couleurs harmonieuses.

Sur la photo de gauche, j’ai réalisé une mise en scène un peu trompe l’œil puisque mes lecteurs pensaient voir un smoothie. C’est l’effet coloré de la scène, l’utilisation d’un verre et l’ajout d’une paille qui ont donné cette impression.
Il faut parfois oser mettre de la couleur. Ici, la couleur orange de la soupe se marie parfaitement au rose/mauve des planches. J’ai ensuite ajouté des éléments décoratifs en accord avec la soupe : des pelures de carottes, des oranges (de sont des ingrédients qui composent ma recette), un torchon jaune.

Sur la photo de droite, c’est un gaspacho froid de fraises et tomates. J’ai apporté des touches de couleurs en plaçant quelques fraises sur la scène et des tomates en arrière-plan. Il n’est pas nécessaire d’en faire trop, quelques rappels de couleurs peuvent suffire.

4- Orientez la lumière intelligemment

La question de la lumière me tient particulièrement à cœur. Grâce à elle, vous allez pouvoir révéler la texture de votre soupe très simplement. Pour cela, je vous conseille de placer votre source lumineuse à mi-chemin entre la lumière latérale et le contre-jour comme vous pouvez le voir sur ma photo ci-dessous.

Lorsque la lumière vient de la diagonale, elle est à la fois douce et dure. Rien de tel pour donner à votre spectateur l’envie de plonger une cuillère dans le bol. Essayez cette technique sur des veloutés un peu épais, réalisez un tracé avec une cuillère.

Le contre-jour fonctionne également, (vous trouverez d’ailleurs certaines photos dans cet article), le résultat est plus brute. Tout dépend donc de ce que vous cherchez à faire. Si vous avez un filtre polarisant circulaire, vous pouvez vous en servir pour doser la réflexion de la lumière sur la soupe.

Avec une lumière latérale, le résultat sera beaucoup plus doux, plus cosy, avec moins de relief.

5- Changez de contenant 

Mettez un peu plus d’originalité dans votre présentation de soupe. Il n’y a pas que les bols et les assiettes creuses. Ci-dessus, quelques photographies avec des contenants très différents. Récupérez des petites bouteilles en verre, des boîtes de conserve, prenez une jolie petite casserole, des tasses à café, des verrines, des verres, une carafe… La seule limite c’est votre imagination.

6- Rappelez ce qui compose vos soupes

Pour agrémenter votre scène et montrer d’un coup d’œil ce qui compose votre soupe, placez dans le cadre les différents légumes, herbes et épices que vous venez de cuisiner. Vous pouvez les placer entiers en arrière-plan pour ne pas encombrer la scène. Mais, n’hésitez pas à mettre des épluchures, à trancher les légumes qui vous resteraient, à salir le support avec des épices ou des herbes ciselées, etc… De placer ces différents éléments va apporter de la couleur dans votre image, et une ambiance “cuisine campagnarde”. Cela m’amène naturellement au point suivant.

7- Créez une ambiance

Je n’allais pas oublier la fameuse ambiance que nous avons abordée la semaine dernière. 🙂 Généralement, les potages, les veloutés sont synonymes d’une cuisine que l’on partage en famille, d’une cuisine réconfortante, d’une cuisine chaleureuse.
Mais ce n’est pas toujours le cas, une soupe peut être chic si on utilise des produits nobles, elle peut être rafraîchissante, si on la cuisine froide. Adaptez-vous à son image pour créer une ambiance cohérente. Sur les photos ci-dessus, ce sont deux styles très similaires.

À gauche, j’ai reproduit une table. La photo est prise de façon à me sentir assise à table (rappelez-vous de la vue à 30°). Remarquez le bol placé au fond à gauche avec couverts et verre. J’ai également déposé un petit saladier avec de la salade qui annonce la suite de ce repas. Tout ça traduit une ambiance familiale.

À droite, c’est un petit peu différent car j’ai placé des éléments qui vont servir à la dégustation de ma soupe : un moulin à poivre, du fromage frais (avec un couteau sali). Il reste plus qu’à déguster !

8- Soignez la composition

La photographie culinaire ne doit pas échapper aux différentes règles très connues de la photographie.

Pensez à placer dès que possible votre sujet sur un point fort de l’image selon la règle des tiers. N’hésitez pas non plus à excentrer franchement votre sujet au lieu de respecter scrupuleusement les points forts, quitte à couper de moitié votre récipient pour un cadrage en coin. L’idée est de donner du dynamisme à l’image et des vues plus originales.
Intégrez à votre cadre des éléments de la scène en faisant en sorte de les répartir harmonieusement. Ne placez pas par exemple tous vos éléments au fond, en laissant le devant de la scène complètement vide. Rééquilibrez votre image en désencombrant le fond et en ajoutant quelques éléments au premier-plan.
Un dernier conseil. Lorsque vous devez photographier des portions individuelles, comme sur la photo de droite avec des verrines, regroupez-les par trois et répartissez-les dans l’image.

9- Faites attention au stylisme du plat

Le travail d’un photographe culinaire consiste aussi, s’il travaille seul, à s’occuper du stylisme du plat. Cela consiste à présenter et sublimer le plat dans sa présentation, comme le ferait un chef en cuisine. Une jolie présentation met tout de suite plus en appétit. Entre une assiette de soupe salie sur les bords au moment du service, et cette même soupe servie dans la même assiette essuyée et agrémentée de quelques croûtons de pains, quelques herbes, etc… C’est cette dernière que vous aurez plus envie de boire.

Pour apprêter une soupe, rien de bien compliquer. Pensez aux croûtons de pain dorés, aux herbes fraîches ciselées, à quelques grains de poivre concassés, aux fruits secs grillés.

Sur la première photo, il s’agit d’un gaspacho. Je l’ai décoré de fines rondelles de radis, de petites feuilles de basilic, de poivre. Cela apporte du relief, de la couleur et de la fraîcheur.

Sur ma seconde photographie, c’est un velouté de carottes et croûtons de pain d’épices. Je les ai bien évidemment placés sur la soupe. J’ai également pris une petite carotte fane que j’ai précuite dans de l’eau et que j’ai placée dans le mug. Pensez à réutiliser ce qui vous a servi dans la soupe ou à des ingrédients qui peuvent servir à la dégustation.

10- 1,2,3, prêt… mangez ! 

soupe 11

Ajoutez une dimension humaine à vos photographies de soupe. Ce type de recette se boit parce qu’il fait froid ou parce qu’on est malade. Placez vos mains autour du bol pour donner un peu plus de chaleur à la recette. Sur la première photo ci-dessus, j’ai mis une grosse écharpe et je porte un gilet en laine pour aider la lecture de mon histoire, pour renforcer cette idée de froid. Techniquement, pour me prendre en photo, j’ai utilisé un trépied et une télécommande. Cela demande un long travail de test car vous n’avez aucun moyen de voir votre cadrage et votre mise au point.

Sur l’image de droite, je tiens simplement ma tasse de la main droite. J’ai cadré de façon à voir mes quelques doigts. Pour ce type de photographie, je n’utilise pas de trépied. J’arrive à tenir mon reflex de la main gauche et à déclencher de l’index. Bien sûr, c’est beaucoup plus simple avec un compact pour la prise en main. Si vous trouvez ça compliqué et si vous avez peur de faire tomber votre appareil photo, utilisez un trépied.

Vous pouvez aller plus loin en présentant dans votre série de photo, un bol vide, ou une cuillère qui se dirige en direction du spectateur. Il se met alors à votre place, vous le mettez en contexte.

J’espère que cet article vous aura inspiré. Ces conseils sont valables pour les soupes mais on peut également les généraliser à d’autres recettes. Maintenant, vous n’avez plus qu’à passer en cuisine pour faire vos essais !

Chef Nini

Française

*Guest Blogger Octobre 2016 pour Manfrotto*
Sous le pseudonyme Chef Nini, Virginie anime depuis février 2008 un blog culinaire du même nom. Elle y partage ses recettes, des articles techniques, des guides d’achat et des tests produits.
Depuis 2011, elle propose ses services de photographe, styliste et créatrice culinaire.

Top
Nos marques