18.04.2014

Photo culinaire: photographier en extérieur.

Rédigé par:
Chef Nini

18.04.2014

Photo culinaire: photographier en extérieur.

Culinaire

Sortir de son train-train quotidien n’est pas toujours évident. Et la photographie culinaire n’y échappe pas, bien au contraire, il est difficile de se renouveler.

Il m’arrive parfois d’avoir envie de proposer autre chose que des photos prises sur mes scènes fictives. C’est pour cette raison que je profite aussi des scènes que peut m’offrir mon environnement.

Osez sortir de chez vous ! 🙂 Je vous donne quelques astuces pour vous lancer.

 

1- De l’organisation

Photo 1

Photographier en extérieur demande une bonne organisation et une préparation en amont car une fois sorti de chez vous, vous ne pourrez pas retourner dans votre cuisine pour aller chercher un couteau, prendre des herbes ou changer de tissu.

Réfléchissez donc à votre scène. Sélectionnez ce que vous allez emporter pour votre séance photo. Sur quel support allez-vous placer votre plat, quelle présentation allez-vous lui donner ? Une assiette, des verres, un moule ? Vous faut-il des couverts ? Un torchon, une serviette ? Souhaitez-vous mettre des herbes ou placer quelques fruits ?

Essayez de visualiser votre scène, et si cela peut vous aider, réalisez-la chez vous pour un test. Restez simple, en général c’est votre environnement qui va apporter de la matière à vos photographies. Ne l’encombrez pas si celui-ci est fourni.

Je vous conseille de prendre le minimum de vaisselle et de décoration pour ne pas vous encombrer lors du transport. Pourquoi ne pas faire appel à une tierce personne pour vous assister ? Et pour la remercier, invitez-la à goûter juste après le plat que vous venez de photographier !

Qui dit photographier en extérieur, dit photographier au sol. N’oubliez pas de prendre une serviette pour pouvoir vous mettre dessus afin d’éviter de vous salir.

Autre point pratique, prévoyez du papier absorbant pour nettoyer la vaisselle que vous aurez salies.

Avant de partir, vérifiez votre matériel : la batterie est-elle chargée ? Avez-vous mis la carte-mémoire ? Est-ce le bon objectif ? Est-il propre ? Ce sont des points qui semblent si évidents, mais qui peuvent grandement gâcher votre séance photo s’ils ne sont pas vérifiés.

 

2- Où aller ?

 Photo 2

Cette pizza aux poires et aux popcorns a été photographiée dans l’un de mes coins préférés de la forêt.

 

Il existe de nombreux lieux susceptibles de donner des ambiances originales à vos photos.

Pensez à tous les espaces verts qui se trouvent à proximité de chez vous. Ces environnements verdoyants font un cadre parfait pour accueillir vos plats. La forêt est un lieu que j’affectionne particulièrement.

Les parcs sont un espace intéressant. On peut utiliser les bancs ou les tables en bois. Les pelouses permettent de réaliser des ambiances pique-niques. Mais il n’est pas nécessaire de partir bien loin pour cela. Votre jardin suffira !

Photo 3

J’ai utilisé une table de pique-nique longeant le bord de la Seine pour mettre en scène des pommes rôties au sirop d’érable et des crêpes. Le temps enneigé était idéal pour cette séance. C’est le genre de recette que l’on apprécie de manger en hiver.

 

En habitant en bord de mer, profitez de la plage. Je pense notamment aux dunes pour une ambiance sauvage et estivale.

À l’inverse, vous pouvez partir dans un univers urbain et décalé comme ici (photos ci-dessous) avec des marches en béton. C’est l’aspect brut qui m’a attiré et le contraste qui ressort avec les tartelettes et le torchon. Ce type d’environnement permet de s’amuser un peu plus avec le graphisme.

Photo 4

Séance réalisée sur un escalier brut pour ces tartelettes aux fruits rouges hautes en couleurs.

Vous pouvez aller plus loin. Vous habitez à la campagne ? Un tracteur est à votre disposition ? Pourquoi ne pas exploiter sa carrosserie pour y photographier une recette campagnarde avec un chapeau de paille en arrière-plan ?

Une jolie prairie fleurie n’est pas loin de chez vous ? Profitez de cet espace pour des photos à la fois bohèmes et romantiques. Cadrez de manière à intégrer les fleurs, cela donnera des touches de couleurs absolument délicieuses.

3- Comment gérer les conditions climatiques et la lumière extérieure ?

Photographier en extérieur n’est pas forcément ce qu’il y a de plus simple. La lumière y est forcément bien plus présente qu’en intérieur mais c’est justement ce point qui est difficile à gérer.

Ne photographiez pas les journées où le soleil est présent. Attendez éventuellement la fin de journée que le soleil commence à baisser pour une lumière douce.

Avec le soleil sur votre scène, les ombres seront marquées, la lumière trop chaude, les couleurs dénaturées. Le rendu sera au final médiocre.

Préférez plutôt les jours nuageux où la lumière sera filtrée et le rendu beaucoup plus naturel.

Photo 5

Les jours couverts (et sans pluie) et les fins de journées ensoleillées sont bel et bien les meilleures moments pour la  photographie culinaire, mais je vous invite aussi à profiter des paysages enneigés ! La séance photo est certes plus délicate, il fait froid et humide, mais le résultat est magique.

J’habite dans une région où il ne neige pas beaucoup, et j’ai attendu avec impatience que la neige tombe pour programmer ma séance photo. J’avais déjà en tête la recette et le lieu, il ne manquait plus que les conditions climatiques soient favorables.

4- Le travail de post-traitement

Photo 6

La case “post-traitement” est recommandée si on veut réveiller, je dirais même sublimer, ses photos culinaires. Et c’est encore plus vrai dans le cadre de photos prises en extérieur. Par temps couvert, les photographies vont immanquablement manquer de contraste. N’hésitez pas à en ajouter pour donner du pep’s. C’est ce que j’ai fait sur la photo ci-dessus. Vous voyez à gauche la photo brute et à droite la photo retouchée. J’ai également retravaillé les marches pour faire ressortir la matière.

Photo 7

En forêt, comme sur les photos ci-dessus, c’est aussi sur la colorimétrie que vous allez devoir retravailler. Les photos prises ressortent jaunes/vertes. La teinte de la forêt se transfère sur la scène à photographier. Il faudra donc rééquilibrer l’ensemble au moment du post-traitement pour redonner une couleur naturelle et appétissante.

Enfin, lorsque vous souhaitez photographier dans un paysage enneigé, une grande difficulté s’impose à vous : la gestion du blanc. Au moment de réaliser vos photographies, sous-exposez légèrement de manière à ce que la neige paraisse un peu grise / terne. Ainsi, au moment du post-traitement, vous allez pouvoir ajouter de la luminosité sur la neige pour la rendre naturellement plus blanche. À l’aide des calques, vous pourrez masquer la partie qui concerne votre plat si celui-ci n’a pas besoin de plus de luminosité.

La neige a également tendance à devenir bleue sur les photos, il faudra là encore corriger la balance des blancs pour la réchauffer un peu et la rendre plus naturelle.

Photo 8

5- Quoi photographier ?

Photo 9

Les jus de fruits se prêtent bien à une ambiance estivale, à un pique-nique. Pas besoin d’aller bien loin, votre jardin suffira.

Partez sur des recettes faciles à transporter, sans sauce si possible. Les gâteaux, les cakes, les muffins, les tartes, sucrés ou salés sont pratiques. Vous pouvez aussi photographier des smoothies, des jus de fruits, des soupes. Transportez-les dans une bouteille. Faites surtout attention à bien respecter la chaîne du froid, surtout si vous photographiez quelque chose de fragile en plein été. Glacière et pains de glace seront indispensables.

Photo 10

Pour garder un fil conducteur entre la recette et l’environnement, vous pouvez choisir en premier le lieu pour ensuite cuisiner la/les recette(s) qui pourraient s’y associer. Un cake aux champignons en pleine forêt, une tarte aux pommes sur une vieille table en bois, un gaspacho sur une plage… Sur la photo ci-dessus, l’association du lieu et de la recette était plus qu’évidente. Des muffins façon forêt noire n’auraient pas trouvé meilleur endroit qu’un parterre de lierres.

Choisissez des recettes que l’on peut cuisiner à l’avance et qui peuvent attendre avant d’être photographiées. Imaginez que le temps ne se prête finalement plus à une séance photo, il faudra la remettre à plus tard.

Photo 11

À gauche, quelques poires automnales mises en scène dans un contexte verdoyant. À droite, profitez d’un verger, d’un potager pour réaliser quelques photos de fruits, de légumes, rappelant l’origine des produits que nous cuisinons.

Vous n’êtes pas obligé de photographier uniquement des recettes. Vous venez de déterrer des carottes ? Vous avez un pommier, un framboisier, un pêcher ? Dans ce cas, n’hésitez pas à sortir votre appareil photo pour photographier vos fruits encore sur l’arbre, votre récolte de légumes salis par la terre placés dans une cagette en bois, avec des gants de jardinier à côté. Au moment d’aller chercher les œufs frais, photographiez-les encore sur la paille. Si vous avez la chance de vivre à la campagne, amusez-vous avec votre environnement.

6- Quid du regard des gens ?

En photographiant dans un endroit public, vous serez forcément confronté aux regards des passants. Photographier des pommes dans un parc sous la neige, ou des tartelettes sur des marches en béton, c’est sûr, on ne passe pas inaperçu !

Bien sûr, ces personnes se demanderont ce que vous faîtes, vous allez les intriguer, peut-être même les amuser, et pourquoi pas les intéresser. Certains oseront vous demander ce que vous faites, ce que vous avez cuisiné. C’est l’occasion d’échanger et de discuter.

Si vous êtes timides, préférez les endroits plus discrets, à des horaires où peu de gens passent. La forêt est un bon environnement, on peut facilement se cacher.

Faites-vous également accompagné, vous vous sentirez moins seul.

Et si vous avez un jardin, profitez-en ! Vous pourrez facilement construire vos scènes à l’abri des regards. C’est un bon moyen pour vous familiariser avec la photographie culinaire en extérieur.

J’espère que ce troisième article vous aura inspiré et vous incitera à sortir des sentiers battus. On se retrouve dimanche prochain pour mon dernier article. Cette fois-ci, je partagerai avec vous les coulisses d’une séance photo.

 

Chef Nini

Française

*Guest Blogger Octobre 2016 pour Manfrotto*
Sous le pseudonyme Chef Nini, Virginie anime depuis février 2008 un blog culinaire du même nom. Elle y partage ses recettes, des articles techniques, des guides d’achat et des tests produits.
Depuis 2011, elle propose ses services de photographe, styliste et créatrice culinaire.

Top
Nos marques