20.11.2014

Le sport en ville

20.11.2014

Le sport en ville

Partie 1 : Tir cadré

De plus en plus de citadins accordent beaucoup d’importances à leur forme physique et on ne peut que les en féliciter. Chaque jour, on court après un bus, on cravache pour terminer de travailler à l’heure et  on slalome entre les excréments canins. Avec un tel entrainement, il ne restait plus qu’à enfiler un short.

Pour ma part, je ne vous cacherai pas que le marathon est encore à une quarantaine de kilomètre de mon record. A défaut de running je me suis donc orienté il y a quelques années vers le longboard. Cette pratique m’a offert d’une part un très beau tour de Manhattan et d’autre part une approche du monde du skateboard, jamais très loin sur les trottoirs.

1

Entrons maintenant dans le vif du sujet : comment photographier les sports urbains ?

Comme vous l’aurez compris, je vais vous présenter dans ces lignes l’une des techniques que  j’utilise fréquemment pour immortaliser des skaters. Par expériences, je vous assure que celle-ci fonctionne à l’identique pour le BMX flatland, la danse de salon en extérieur et bien d’autres pratiques.

Le skateboard est sans aucun doute l’une des pratiques urbaines les plus intéressantes d’un point de vue esthétique. On trouve dans ce sport des efforts de style à tous les niveaux. Ces athlètes aux coudes en miettes sont aisément identifiables autant par leur aisance technique qu’à leur position sur la planche ou leur tenue vestimentaire.

4

Plutôt que de tourner dans tous les sens autour des sportifs, j’apprécie de m’installer calmement. Lorsque j’arrive sur les lieux, comme pour tout shooting, je commence par repérer la lumière, les éléments contrastant et les reflets et ombres mouvants pouvant dynamiser la scène. Mon choix se porte dans ce type de situation vers des lumières dures me permettant de figer les corps en mouvements. La pratique du skate nécessite un enchainement de pressions très rapides en divers points de la planche rendant leur perception quasi invisible pour nos yeux incultes.

5

Les fortes lumières ayant tendance à écraser les détails de textures, je vous recommanderai de ne pas abuser des hautes vitesses d’obturation (1/800 dans cette série) et de descendre à 100 ISO quitte à perdre les subtilités des zones les plus sombres. Le contraste fort ainsi obtenu vous permettra de valoriser les lignes dominantes de votre composition et de structurer votre décor.

Car c’est ici mon conseil principal de ce premier article dédié aux sports urbains : créez votre cadre. A la manière d’un shooting en studio, je trouve intéressant de composer mon décor puis d’y laisser évoluer mes modèles du jour.

6

N’ayant pas la main sur l’ensemble des acteurs, il est important de se laisser une marge de manœuvre et d’avoir un peu de recul. Il n’est jamais agréable d’être renversé par un sportif en pleine action alors qu’on est concentré dans le viseur de notre appareil. Vous aurez ensuite toute liberté d’adapter le format de votre photo à la scène.

Cette distance vous permettra également de multiplier les plans et les associations surprenantes ou incongrues. Toujours dans l’idée d’accueillir au mieux votre skater, ne tentez pas d’éviter les passants, ils sauront participer à votre création avec plaisir et détermination.

7

C’est en ce dernier point que votre cadrage urbain apportera de l’originalité à la pratique sportive. Sortir des stades, des gymnases et  salles de répétition confronte le sujet à la foule. Les événements inattendus vous feront éventuellement rater quelques figures de haut vol mais ils apporteront un supplément de vie et de surprise propres aux photos de rue.

Ben PG

Ben PG est un jeune photographe français arpentant les rues – Découvrez son travail sur  www.benpg.comhttp://instagram.com/ben_pg et www.flickr.com/photos/benpg/

Top
Nos marques