29.08.2016

Photographier les oiseaux

Rédigé par:
Franky Giannilivigni

29.08.2016

Photographier les oiseaux

photo-01

Voilà un des très grands thèmes de la photo, un de ceux qui fait le plus rêver, mais, qui fait le plus peur aussi, tant l’idée que c’est difficile est ancrée dans l’inconscient collectif des photographes.

Quand on débute en photo ou plus particulièrement en photo animalière, la photo d’oiseau est pour beaucoup une sorte de Graal.

On regarde les créations des autres et très vite à la lecture du matériel et de la mise en œuvre on se dit que c’est un domaine de l’image, qui demande beaucoup de moyens et qui n’est pas du tout simple à envisager.

Nous allons voir ensemble que ce n’est pas aussi juste qu’on ne le pense, mais surtout, qu’il y a moyen de faire de belles images et de doucement progresser sans pour autant que ce soit insurmontable.

Avancer par étape :photo-02

De façon étonnante, la première chose que l’on va devoir déterminer, ce n’est pas nos besoins en matériel, mais bel et bien quels oiseaux nous allons décider de photographier.

En effet, le matériel dépend plus de ce que l’on cible comme espèce que le contraire et de fait, le choix de notre future star est un point capital dans notre apprentissage de la photo d’oiseaux.

L’idée est d’avancer par étape, car comme pour toute chose c’est notre expérience, qui va nous permettre de progresser.

Inutile de vouloir conduire une Formule 1, si vous n’avez pas encore touché un volant de votre vie et que votre seule expérience de la route est le vélo.

En photo animalière, c’est la même chose, on ne va pas essayer de photographier un faucon pèlerin durant l’accouplement, si notre seule expérience en photo animalière est d’avoir photographié notre chat dans notre salon, sujet que je ne dénigre pas, bien au contraire.

Ainsi, de base il y a des oiseaux que l’on sait plus simple à photographier, les moineaux, les pigeons, les mouettes (nous parlerons de ce genre d’oiseaux un peu plus loin, pour le moment, mettez vos préjugés de côté) … etc, qui ne sont pas farouche, qui se laisse approcher d’assez près et qui ne demande pas de grandes …

Connaissances ornithologiques :photo-03

Beaucoup ont de drôles de préjugés quant aux oiseaux qu’ils vont photographier, classant les espèces comme plus ou moins intéressantes. C’est ainsi que l’on voit certains avoir honte de présenter une photo d’un « simple » moineau.

Pourtant, le moineau est un volatile très intéressant pour peu qu’on prenne le temps de s’y intéresser, il a des capacités incroyables, comme celle de se laisser tomber sur les filets de protection des cultures afin de se laisser rouler et atteindre les plantations, qui se trouve dessous. C’est aussi un des très rares oiseaux à avoir presque colonisé le monde entier grâce à ses incroyables capacités d’adaptation.

Il ne faut pas avoir de préjugés sur les espèces que l’on photographie, mieux vaut une belle photo d’un moineau avec une belle lumière et parfaitement cadrée, qu’une photo floue et mal cadrée d’un héron cendré.

Plus vous allez apprendre sur l’espèce choisie, plus il vous sera simple de la photographier. Plus vous orienterez votre apprentissage du plus simple ou plus compliqué, plus il sera facile et rapide de progresser.

Soyez donc patient, prenez le temps et les progrès viendront tout seuls.

N’hésitez pas à chercher des conseils et renseignements sur le net, il existe de nombreux forums d’ornithologues ou de photographes nature, qui ne seront pas avares de conseils.

Avec un peu de chance, vous pourrez même participer à des sorties entre passionnés, un des meilleurs moyens d’apprendre et progresser au contact de vrais spécialistes.

En billebaude ou à l’affût :photo-04

En règle générale on a deux façons de photographier les oiseaux.

La première, on se balade dans la nature profitant du décor pour trouver le sujet idéal tout en s’offrant une promenade agréable, ce qu’on appelle la billebaude. C’est une technique qui demande un très bon sens de l’observation et une approche soignée pour ne pas faire fuir l’oiseau, mais c’est des aptitudes que l’on obtient avec le temps.

La deuxième solution est la photo en affût, dans ce cas on s’assoit dans son affût placé idéalement et on attend que la magie opère.

Il existe plusieurs sortes d’affûts, de celui que l’on monte soit même à un endroit spécifique que l’on aura découvert, jusqu’aux affûts payants, qui offre tout le confort que l’on peut imaginer avec la presque certitude d’obtenir une bonne photo, en passant par les affûts d’observation accessible gratuitement mis à disposition par différentes associations.

Mon conseil sera de varier entre les deux pratiques et ne pas se contenter que d’une seule façon de faire. Encore une fois, c’est en se renseignant que l’on saura trouver le plus d’informations pertinentes sur ces deux méthodes.

Le matériel :photo-05

On peut tout à fait commencer la photo d’oiseau avec du matériel modeste, c’est même recommandé, car avant de pouvoir utiliser du matériel très performant, comme les très longues focales à grande ouverture, il faut apprendre à maîtriser ce qui est plus basique.

En effet, si un 600mm f/4 peut faire rêver, utiliser un tel engin quand on n’a pas l’habitude n’est pas forcément chose aisée, c’est lourd, difficile à maîtriser et il faut avoir une certaine habitude pour trouver sa cible quand on vise à travers un tel engin.

Le mieux est de s’orienter vers des appareils Reflex, pour la rapidité et la qualité de leur autofocus, ils offrent un très bon rapport qualité-prix de ce côté-là, mais rien n’interdit de tenter l’aventure avec un hybride.

Pour ce qui est de l’objectif les zooms 55-200 ou 75-300mm sont de bons choix pour débuter, si leur qualité optique n’est pas exceptionnelle, ils sont souvent pas mal du tout et ferons parfaitement l’affaire au début.

Question vêtement, essayez les couleurs discrètes et foncées, les tenus de camouflage étant le choix parfait et on peut facilement les trouver dans les surplus de l’armée pour des prix plutôt attractifs, de plus ils sont robustes, on pourra donc se trainer au sol sans remord.

Une paire de jumelles sera un accessoire plus que conseillé pour dénicher vos futures stars, c’est l’outil de base de tout bon ornithologue, une bonne photo passe avant tout par une bonne observation.photo-06

Si vous photographiez en affût, je vous conseille un bon trépied pour pouvoir attendre dans des conditions idéales et être prêt à photographier le moment venu. Vous pouvez par exemple utiliser le kit trépied 190 avec rotule Ball à la fois solide, supportant une bonne charge et assez léger pour la partie transport.

Si vous photographiez en billebaude, un petit monopode sera un très bon instrument, il vous permettra d’avoir des mouvements amples et libres tout en vous assurant une bonne stabilité, comme le Monopode photo Xpro.

Dans un premier temps, vous n’aurez pas besoin de grand-chose de plus.

Pensez à prendre de quoi vous hydrater et manger un peu lors de vos sorties, c’est le genre de petites choses que l’on regrette vite quand on les oublie.

Pour le reste, on est paré pour débuter, quoi qu’un sac à dos pour transporter tout ça, comme le sac à dos 3N1-35 PL, qui vous permettra de transporter facilement tout votre matériel et quelques accessoires, n’est de loin pas une mauvaise idée.

Conseils prise de vues :photo-07

La photo d’oiseau demande de la patience, il ne faut pas se précipiter, c’est le meilleur moyen de mettre toutes les chances de son côté.

Il est conseillé de se mettre en priorité « ouverture » afin de contrôler la profondeur de champ, pour les oiseaux en vol il faut veiller à avoir une vitesse d’obturation assez rapide pour « figer » le mouvement, mais en règle générale avec une longue focale entre 200mm et plus l’appareil en mode ouverture choisira une vitesse de sécurité suffisante.

N’hésitez pas non plus à vous mettre en ISO auto, ce qui vous laissera encore plus de marge.

Lors de la prise de vue, soignez bien votre arrière-plan, qui aura toute son importance, soyez attentif à celui-ci, tout comme au décor dans lequel évolue votre sujet.

Si vous photographiez un oiseau en vol, n’oubliez pas que la différence de luminosité entre votre sujet et le fond de ciel pourra avoir tendance à piéger votre mesure de lumière, n’hésitez pas à surexposer un peu pour ne pas avoir un oiseau trop sombre par rapport au ciel.

Même si vous avez peur que votre oiseau s’envole avant que vous puissiez le prendre en photo, soignez votre cadrage, car il vaut mieux ne pas avoir de photo qu’une photo ratée.

De toute façon, avec de la patience et du temps, vous allez progresser et apprendre de vos erreurs, ce qui vous permettra d’être de plus en plus performant.

Ne voyez pas vos échecs comme des défaites, mais comme de bonnes bases d’apprentissage pour progresser.

Conclusion :photo-08

Cet article est court par rapport à tout ce qu’il y a à dire sur la photo d’oiseau, mais ce n’est qu’une entrée en matière, le sujet est si vaste que l’on pourrait écrire plusieurs livres.

Dans tous les cas, la chose la plus importante à retenir, c’est de se faire plaisir, communier avec la nature durant un instant et profiter du moment.

Voyez la photo comme un bonus et non pas comme un trophée, ainsi, vous prendrez encore plus de plaisir.

 

Franky Giannilivigni

Suisse

Photographe professionnel Suisse et formateur photo reconnu par les plus grandes marques, tel que Canon, Nikon, PhaseOne, il lui arrive d’écrire des livres sur la photo et il anime également l’un des plus grands blogs photo francophones d’Europe, le Darth’s Blog, sur lequel on trouve bons nombres de conseils, tests, concours et autres passionnants billets sur photo. En un mot, c’est un passionné et amoureux de la photo.

Top
Nos marques